Agent immobilier, une profession de plus en plus difficile à exercer.

Perçu comme des vendeurs sans foi, ni loi, dans un marché économique fragilisé où il y a de plus en plus d’intervenants et de moins en moins de gâteau à se partager, voilà que désormais, il faut, en plus, pour continuer d’exister, prendre une part active dans la révolution numérique que nous vivons depuis quelques années dans tous les domaines.

L’immobilier a pris du retard dans ce secteur.

Il y a quelques années encore, les biens faisaient l’objet d’une annonce dans les journaux régionaux. Les transactions étaient plus secrètes, les prix cachés. Il n’y avait pas la transparence des offres et des prix que nous a offert internet à travers tous les portails immobiliers.

A l’heure actuelle 90 % de toutes les offres de propriétés se trouvent sur le net et 92 % des clients cherchent leurs futurs biens sur les plates-forme numériques. Ce qui est des plus normal puisque les grands portails immobiliers proposent entre 60 et 70’000 offres d’objets.

Ainsi chaque client a pu devenir son propre agent immobilier en effectuant ses recherche, seul, face à son ordinateur. Il a pu comparer. Il a appris à détecter le bien qui mérite une visite de celui qui n’en vaut pas la peine… Encore une ne tâche de moins pour notre pauvre agent immobilier !!!

Et lorsque qu’il trouve un appartement ou une maison qui semble lui correspondre, le futur acheteur va contacter l’agence immobilière qui présente le bien pour fixer un rdv sur place.
Si on a la chance d’être l’agence sélectionnée, car désormais les vendeurs travaillent régulièrement avec 2 ou 3 agences, EUREKA, ENFIN ON A UNE VISITE !

Mais attention, visite ne veut pas dire vente, oh non ! On en est loin, bien loin…
Désormais les transactions prennent beaucoup plus de temps. Le client veut continuer de comparer et il en a les moyens avec les différents outils numériques. Il ne fait plus vraiment cas du conseil que peut lui fournir l’agent immobilier dont c’est pourtant le métier. Désormais le futur acheteur se sent à même de gérer seul tout son processus de recherche.
Compte tenu de cette évolution, à ce jour, pour une agence immobilière, le minimum syndical est naturellement l’utilisation de tous les réseaux sociaux pour promouvoir ses biens et sa notoriété.

La présentation des objets se fait souvent désormais aussi à travers des vidéos sur les sites des agences ou sur les plaquettes adressées aux clients.

Tout cela prend du temps et de l’énergie, d’autant plus, si comme moi, on est parfois un peu dépassé par la technique d’utilisation de tous ces réseaux.

Mais pas le choix, si l’on veut continuer d’exister encore un certain nombre d’années !

Pourquoi seulement quelques années me direz-vous ?

Parce que je pense qu’à moyen terme, à travers la continuité de cette révolution numérique, l’agent immobilier qui est encore actuellement une personne de chair et de sang , quoi que certains en pense :-), n’aura plus de raison d’être…

Imaginez avec moi cet avenir, qui est presque le présent :

Le marché pourra se mondialiser. Ainsi plus de région, même plus de pays ou l’agent immobilier pourra apporter sa connaissance particulière des lieux. Non !

blogimmo

Les informations de chaque bien, ainsi que de sa région et de son pays seront centralisées dans une banque de données mondiales où tous vendeurs pourra placer son objet à vendre et où tout acheteur pourra le consulter à travers des lieux qui porteront peut-être encore le nom d’agence immobilière et dans lesquels se trouveront différentes pièces permettant de s’installer avec un équipement virtuel qui vous projettera directement dans la maison ou l’appartement que vous avez sélectionné.
Peut-être d’ailleurs que vous n’aurez même plus à sélectionner le bien grâce à vos appareils connectés, montres smartphone etc.., votre profil sera dressé, vos goûts et vos besoins analysés afin que la machine vous désigne sans erreur le futur lieu de vie qui vous correspond.

Vous pourrez marcher à l’intérieur, tout découvrir comme dans la réalité des lieux. Des applications apporteront les odeurs et les sons extérieurs liés au bien. Les transactions se feront directement entre le vendeur et l’acheteur. L’agent immobilier aura cessé d’exister au profit de société High Tech qui produiront les programmes et applications permettant de créer ces chambres de visites de demain…

blogimmo

Totale science-fiction me répondrez- vous. Et bien non pas tant que cela. Il existe déjà des jumeaux numériques de certains bâtiments , le BIM :
BIM vient de l’anglais Building Information Modeling qui se traduit par Modélisation des Informations (ou données) du Bâtiment.. Le BIM, c’est surtout des méthodes de travail et une maquette numérique paramétrique 3D qui contient des données intelligentes et structurées. Le BIM est le partage d’informations fiables tout au long de la durée de vie d’un bâtiment ou d’infrastructures, de leur conception jusqu’à leur démolition. La maquette numérique quant à elle est une représentation digitale des caractéristiques physiques et fonctionnelles de ce bâtiment ou de ces infrastructures.

Il est facile d’imaginer que la suite n’est qu’une question de temps ! Je vous laisse y penser et on en reparle dans quelques années…

EN ATTENDANT PROFITEZ ENCORE DE CE TEMPS OU LE CONTACT HUMAIN EXISTE, OU UN ETRE VIVANT, AVEC DES EMOTIONS VA VOUS ACCOMPAGNER, VOUS CONSEILLER, VOUS AIDER AVEC PROFESSIONNALISME, MAIS EGALEMENT AVEC EMPATHIE QUE CELA SOIT DANS LA VENTE DE VOTRE BIEN OU L’ACQUISITION DE VOTRE FUTUR SWEET HOME SWEET. PENSEZ A VOTRE AGENT IMMOBILIER !